Porrentruy

Dès le 11e s. le chef-lieu de l’Ajoie acquit une certaine importance grâce à sa position favorable sur les voies de communication, comme en témoignent deux églises déjà attestées jadis. Ultérieurement propriété des comtes de Ferrette, puis de Montbéliard, le bourg passa en 1271 à l’évêque de Bale.

Malgré une lettre de franchise accordée en 1283 par Rodolphe de Habsbourg, Porrentruy passa progressivement sous le contrôle ecclésiastique. Après la Réforme le château devint résidence des princes-évêques de Bale (jusqu'en 1792). La vieille ville, protégée par les deux bras de la rivière, forme un rectangle allongé. Transversalement, au pied du château, se trouve le Faubourg avec le seul vestige un peu considérable de l’ancienne enceinte, la porte de France construite en 1563.

L'église paroissiale Saint-Pierre est une basilique gothique du milieu du 14e s.; les remarquables autels latéraux du gothique tardif sont l'œuvre d'Urs Fûeg. Dans le trésor Pièces d'orfèvrerie de Georg Schongauer, frère du peintre célèbre. L’eglise Saint-Germain à l'est de la vieille ville. Construite au début du 13e s. en style roman; en 1698 la nef a été prolongée et peinte. Citons, dans l’aménagement, les fonts baptismaux gothique tardif. Au sud de la vieille ville ancienne église des Jésuites construite en 1599-1604, aujourd'hui aula de l'Ecole cantonale. Clocher octogonal de 1701. Des stucs du baroque primitif de l’école de Wessobrunn ornent l'intérieur. L'église des Ursulines est un édifice à tribunes avec chœur rectangulaire de 1702. A l’intérieur autels néo-classiques.

La tour Réfouse,du chateau du début du 13e s., en est la partie la plus ancienne (refuge). Plus à l’est le prince-évêque de Bale, Christoph Blarer, fit édifier à la fin du î 6e s. la Résidence, la chancellerie et la tour du Coq (avec l'écu de l’évêque orné d'un coq) Seules les sculptures décoratives sur les portails remontent à l’époque de la construction; les couronnements stuqués des fenêtres se rattachent au style Régence (18e s.). Au sud, pavillon de la princesse Christine de Suède (1697), à son extrémité la tour de la Monnaie (1591) et la chapelle Roggenbach avec de riches stucs (17e s.).

L'Hôtel de Ville édifié en 1761-63 par Pierre-François Paris. L'extérieur, côté rue du Marché, établit la synthèse entre le langage discret de l’architecture française (façade) et les épanchements du baroque sud-allemand (clocheton). Il en va de même de l’Ancien Hôpital à côté de l'Hôtel de Ville, construit en 1761-65 sur le plan d'un double fer à cheval par le même architecte. Aujourd'hui musée avec une modeste collection illustrant l’histoire locale de la pharmacie.

Œuvre de Paris également l’Hôtel des Halles est un édifice du baroque tardif français (1766-69), qui servait à l'origine de magasin et de lieu d'hébergement pour les hôtes de l’évêque. Hôtel de Gléresse (Archives) construit vers 1750 par un architecte anonyme pour le baron de Ligerz. La structuration de la façade par des lésènes et des corniches plates évoque l'Hôtel de Ville. Le bâtiment abrite la Bibliothèque de l’Ecole cantonale avec une importante collection de livres et de manuscrits, les plus remarquables étant exposés en permanence.

La fontaine de la Samaritaine près de l'Hôpital, œuvre de Laurent Pernoud (1564), a pour modèle son homologue de Fribourg. Fontaine du Suisse de 1518, rue des Malvoisins. Sur le socle à côté du banneret un sanglier, animal héraldique de Porrentruy.

Le Jardin botanique, de l’école communale a été fondé en par le révolutionnaire Lémane. Les plans sont de A. L. de Jussieu.

À ne pas manquer

L'église paroissiale Saint-Pierre

L'ancienne église des Jésuites

L'Hôtel de Ville

Le chateau

La fontaine de la Samaritaine

Hotel des Halles et Hotel de Gléresse

Caractéristiques

print
Population: 6876
Altitude: 443 m
Canton: Jura
Culture
Paysage
Gastronomie